On évoque souvent le cycle menstruel comme une fonction biologique fixe et stable, des premières règles à la ménopause. Or, le mécanisme se met en place très tôt et il évolue avec l’âge. Commandé par les hormones, le cycle féminin dépend de leur production qui démarre dès l’enfance.

Des ovocytes déjà présents à la naissance

Une femme naît avec un stock d’ovocytes dans ses ovaires, plus précisément dans les follicules ovariens. Les cellules reproductrices féminines se constituent durant la vie embryonnaire. Une grande partie d’entre elles disparaît avant la naissance. Une seconde partie s’évacue encore des ovaires pendant l’enfance.

À la puberté, une fille possède entre 300 000 et 500 000 ovocytes, dont environ 400 parviendront à maturité au cours de sa vie, au cours de ses cycles menstruels.

Ligne_temps_Ev_cycl_menstr

Le cycle menstruel : au repos durant l’enfance

Les mécanismes hormonaux qui gouvernent le cycle menstruel sont au repos durant l’enfance. À partir de la 7ème ou 8ème année, la production d’hormones gonadotropes commence. Il s’agit des hormones folliculostimulante (FSH), lutéinisante (LH) et de la prolactine (PRL), sécrétées par l’hypophyse, une glande endocrine située à la base du cerveau. En parallèle, les ovaires diffusent plus d’œstrogènes : c’est la fonction ovarienne végétative qui marque la fin de l’enfance.

La puberté et les premiers cycles menstruels

A la puberté, les ovaires continuent d’augmenter leur production d’œstrogènes.
Le corps se modifie : seins et poils pubiens apparaissent. Ce sont les premiers signes de la puberté. Les premières règles arrivent en théorie un ou deux ans après.
L’ovulation est généralement absente lors des premiers cycles menstruels. On les dit anovulatoires. Il suffit en effet que le taux d’œstrogènes chute dans le sang pour déclencher le détachement de l’endomètre (la muqueuse utérine) et ainsi, les règles.

Dans les ovaires, le cycle de développement des follicules ovariens, puis leur transformation en corps jaune ne sont pas encore établis. Par conséquent, l’hormone progestative (la progestérone) n'est pas sécrétée lors des premiers cycles.

Durant plusieurs mois, les règles peuvent être irrégulières ou absentes. Petit à petit, la production hormonale se stabilise et entraine des cycles plus réguliers avec ovulation.

Pour en savoir plus, consultez l’article consacré aux « Premières règles ».

Attention :

les premiers cycles menstruels peuvent être associés à une ovulation chez certaines adolescentes.

Il faut donc utiliser un moyen contraceptif dès l’apparition des premières règles en cas de rapport sexuel !

La maturité sexuelle

La maturité sexuelle correspond à la longue période durant laquelle la femme peut concevoir un enfant. On parle de fonction ovarienne générative. Elle démarre avec le premier cycle menstruel ovulatoire et prend fin avec le dernier.

comment-evolue-le-cycle-menstruel-INTERNE

La préménopause

Lorsque la femme atteint la quarantaine, des dérèglements hormonaux apparaissent : cette période est appelée préménopause. Les follicules ovariens sont en involution croissante, c’est-à-dire qu’ils dégénèrent en plus grand nombre et plus rapidement qu’avant. Les ovulations deviennent irrégulières.

Bien que les œstrogènes soient toujours sécrétés, leur taux sanguin est souvent plus faible. La carence d’œstrogènes entraine une série de symptômes, dont des bouffées de chaleur et des troubles du sommeil.

La ménopause

La ménopause signe la fin des cycles menstruels, après une période d’irrégularités, et l’arrêt définitif des règles (aménorrhée). Les ovaires ne réagissent plus aussi facilement aux hormones FSH et LH, responsables du développement folliculaire et de l’ovulation. Les follicules restants sont peu nombreux et ne produisent plus autant d’œstrogènes. Les ovulations n’ont plus lieu, il n’y a donc plus de production de progesterone au niveau ovarien.

Les taux d’hormones ovariennes étant très bas, l’hypophyse sécrète toujours plus de LH et de FSH.

C’est d’ailleurs en réalisant un dosage hormonal de la FSH que l’on peut savoir que l’on est ménopausée.

Article rédigé sous la direction du Dr Marie Mawet

Date de publication : 11-01-2016