Chaque jour, dans le monde, des femmes enceintes se rendent compte qu’elles n’attendent pas un bébé mais plusieurs. Ces grossesses multiples sont en augmentation ces dernières années. Les grossesses gémellaires (des jumeaux) sont néanmoins beaucoup plus fréquentes que les triplés, les quadruplés ou plus. Quels sont les causes et les conséquences de ce type de grossesse ?

Comment se forment les jumeaux ?

Lors d’une grossesse gémellaire, 2 cas de figure peuvent se produire :

Grossesse_gemellaire_1

2 ovules sont, chacun, fécondés par 1 spermatozoïde et vont se loger l’un à côté de l’autre dans l’utérus. C’est le cas le plus fréquent. On parle alors de « faux jumeaux » ou de « jumeaux dizygotes ».

Ces 2 fœtus sont totalement indépendants l’un de l’autre, ils possèdent chacun leur placenta et leur poche de liquide amniotique.

Les enfants qui naîtront pourront être du même sexe ou de sexe opposé et se ressembleront comme des frères et sœurs habituels.

Grossesse_gemellaire_2

1 ovule est fécondé par 1 spermatozoïde, mais se divise par la suite en deux parties distinctes et égales. On a alors 2 embryons. C’est ce qu’on appelle les « vrais jumeaux» ou « jumeaux monozygotes ». Ils partagent le même patrimoine génétique. Ils auront donc toujours le même sexe et se ressembleront beaucoup.

Les vrais jumeaux peuvent avoir le même placenta et la même poche de liquide amniotique. Ils peuvent également avoir le même placenta, mais deux poches séparées ou, comme les « faux jumeaux », profiter chacun d’un placenta et d’une poche qui leur sont propres.

L'échographie permet de distinguer le type de grossesse gémellaire.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’augmentation du nombre de grossesses multiples. Tout d’abord, la société a évolué et les femmes d’aujourd’hui tombent enceintes de plus en plus tard. L’âge un peu plus avancé favorise une grossesse multiple. Ensuite, les traitements contre la stérilité (stimulations ovariennes, grossesse médicalement assistée…) contribuent à la multiplication des embryons.

grossesse-gemellaire-causes-et-consequences-INTERNE

Les conséquences d’une grossesse gémellaire

Un suivi médical intensif

Une grossesse gémellaire présente plus de risques de complications pour la mère et pour les enfants qu’une grossesse simple :
  • Accouchement prématuré
  • Mortalité néo-natale
  • Retard de développement
  • Surcharge pondérale (pour la maman)
  • Diabète gestationnel
  • Anémie
  • Hypertension artérielle
  • Pour les jumeaux monozygotes partageant un même placenta : risque du syndrome transfuseur-transfusé (connexion anormale entre les systèmes vasculaires des deux fœtus).

Du fait de ces risques plus élevés, un suivi de grossesse spécifique est mis en place. La plupart des examens sont similaires à ceux d’une grossesse normale, mais certains sont effectués plus fréquemment.

Une alimentation normale

Attendre des jumeaux ou des triplés n’implique pas de manger 2 ou 3 fois plus. Les besoins nutritionnels sont juste légèrement plus élevés que pour une grossesse simple. Le poids doit augmenter de 3 à 4 kg supplémentaires par rapport à la moyenne de 12 kg pris habituellement.Pour en savoir plus, consultez l’article « Faut-il modifier son alimentation pendant la grossesse ? »

Une activité physique limitée

Une grossesse gémellaire est beaucoup plus fatigante et comporte des risques d’accouchement prématuré plus élevés. Le repos est donc primordial et la pratique d’un sport, même une activité physique douce, est contre-indiquée dans ce cas.Pour en savoir plus, consultez l’article « Grossesse et sport »

Un congé de maternité précoce

Étant donné que la grossesse gémellaire est plus fatigante, stressante et risquée, il est recommandé d'arrêter le travail plus tôt (à partir de 8 semaines avant la date présumée de l’accouchement).Le congé de maternité pour une grossesse de jumeaux dure plus longtemps que pour une grossesse simple : de 17 à 19 semaines en Belgique.

Un accouchement sous grande surveillance

On parle d’accouchement prématuré lorsqu’il a lieu avant 37 semaines.L’accouchement se fait, dans la moitié des cas, par voie basse et, dans l’autre moitié, par césarienne. On privilégie cette deuxième option lorsque le premier bébé à naître est mal positionné (en siège) ou pour éviter une souffrance fœtale trop intense. Dans le cas de jumeauxmonozygotes avec un même placenta et une même poche de liquide amniotique, le choix se porte systématiquement sur la césarienne.Pour en savoir plus, consultez l’article « Déroulement d’un accouchement »Adaptation régionale : En France, le congé prénatal est fixé à 12 semaines pour une grossesse de jumeaux et à 24 semaines pour des triplés ou plus. Ce congé peut être prolongé de 4 semaines, prises alors sur la durée du congé postnatal (normalement de 22 semaines).
Article rédigé sous la direction du Dr Marie Mawet

Date de publication : 11-01-2016