La ménopause provoque divers symptômes chez les femmes, plus ou moins dérangeants. Entre les bouffées de chaleur, la fatigue et les risques d’incontinence ou d’ostéoporose notamment, trouver un traitement adapté peut s’avérer indispensable pour mieux surmonter cette période. Quelles sont les options possibles ?

Le traitement hormonal substitutif de la ménopause

Le traitement hormonal substitutif consiste à recevoir des hormones pour compenser la perte de celles qui étaient alors jusque là produites par les ovaires. Ce traitement de la ménopause n’est pas automatique ni obligatoire. Il est prescrit si les symptômes, comme des bouffées de chaleur intenses, une irritabilité fréquente ou encore une fatigue extrême, deviennent impossibles à supporter au quotidien. Il faut également ne pas présenter de contre-indications à ce traitement.

Certaines études ont montré une augmentation des risques de cancer du sein lié au traitement hormonal substitutif. C’est pourquoi il est recommandé de prendre la plus petite dose efficace possible. Celle-ci est évaluée au cas par cas et des visites régulières chez le médecin sont nécessaires pour réévaluer la dose selon les symptômes. La dose ainsi définie peut s’administrer sous la forme d’un comprimé ou d’un timbre, par exemple.

Le traitement hormonal substitutif doit être temporaire. Par prudence, il ne doit pas être poursuivi au-delà de 5 ans bien que de plus en plus d’études récentes1 montreraient un avantage à le poursuivre au delà voire même in vitam.

Pour en savoir plus, consultez les articles « A quoi sert le THS ? » et « Le traitement hormonal de substitution est-il dangereux ? »

Ménopause :
des traitements alternatifs ?

Pour les femmes ménopausées qui désirent éviter les traitements hormonaux et les risques qui y sont liés, il est possible d’atténuer les symptômes grâce à des traitements alternatifs. Cependant, leur efficacité est plus variable et pas toujours prouvée scientifiquement.

Parmi ces médecines douces ou parallèles, on retrouve l’acupuncture, l’homéopathie, l’ostéopathie ou encore la phytothérapie. Cette dernière consiste à prendre des compléments alimentaires contenant des phytœstrogènes d’origine végétale. On en trouve notamment dans la sauge, le soja, le trèfle rouge et le houblon. La vitamine E et le cimicaire (herbe de Saint-Christophe) peuvent également être utilisées.

L’efficacité des médecines parallèles contre les symptômes de la ménopause reste à prouver d’un point de vue scientifique : des études sont toujours en cours.

Autres traitements médicamenteux
de la ménopause

Le traitement de la ménopause peut viser à soigner uniquement certains symptômes, ce que l’on appelle le traitement symptomatique. Par exemple, la prise d’antidépresseurs à faible dose ou des anti-hypertenseurs centraux tels que la clonidine, un médicament contre la tension artérielle, à faible dose également, permet d’apaiser les bouffées de chaleur.

Des médicaments non hormonaux comme les bisphosphonates aident à prévenir ou traiter l’ostéoporose.

Enfin, l’utilisation d’hydratants ou de lubrifiants peut simplifier les rapports sexuels en cas de sécheresse vaginale.

Article réalisé sous la direction du Dr Gautier Vandenbossche

Date de publication : 11-01-2016
Source 1 : Update International Menopause Society recommendations on MHT, Climateric 2013;16:316-337